Les Artistes de Chez Herrero & Co


Maxime Tauban

 

Artiste plasticien professionnel vivant à Clermont-Ferrand, Maxime Tauban créé et expose depuis plus de 20 ans.
 
Sensible à la poésie du quotidien, il travaille à partir de photographies personnelles en noir et blanc au contraste et au grain prononcé, mixant peintures, encres et vernis pour obtenir des oeuvres originales qui ont une part de mystère et de nostalgie.

Daniel Trujillo

ATELIER NEWEN PATAGONIA

 

Newen est un mot d'origine Mapuche, peuple habitant au Chili, une partie de l'Argentine et le nord de la Patagonie .

Les sujets et la signature de mon travail ont une appartenance sud-américaine notamment des cultures et peuples de la Patagonie mon lieu de naissance.

 

Pour mon travail de bijouterie, je travaille avec des matières 100% recyclées tel que le cuivre et mes créations sont des pièces uniques.

 


Ma petite récréation

 

Artiste Auvergnate.

Paysages intérieurs
Il s'agit d'un travail de gravure (monotype) initié par les confinements successifs et qui, pour une photographe, n'ont pas permis de travailler autre chose que des natures mortes ; qu'en était-il des natures vivantes ?
"Cantonnée dans mon kilomètre (puis dix) de liberté, mon regard a perdu de vue l'horizon.
Cette ligne, au loin, s'est estompée et a perdu de sa réalité.
Pour pouvoir envisager chaque nouvelle journée confinée, il m'a fallu recréer ces paysages perdus et réinventer cette ligne... au loin." Karine Joannet
Fugaces et capricieux, parfois sombres, ils forment un étrange terrain de jeu sans piquet ni barrière pour esprits vagabonds.

 


François Falet

 

François Falet est un artiste peintre illustrateur. Amoureux de Clermont-Ferrand, il exerce son art en Auvergne.

 

Il a réalisé des illustrations en mélangeant plusieurs médias ( acrylique, dessin, informatique). Certaines de ses acryliques ont servi à la création d’un jeu de sept familles portant sur l’histoire du rock.

 

Vous pouvez découvrir ses œuvres à la galerie.

 

 


Pierre Martin

 

Pierre Martin est Polagraphe depuis une quinzaine d'années et organise le festival Expolaroid tout les mois d'avril à Clermont-Ferrand.
il a débuté cette série de 20 Polaroids en 2016, elle poursuit son parcours dans différents lieux d'exposition en France et à l'étranger.
Qu'ils soient sortis de sa collection personnelle ou chinés en brocante, ces petits jouets en plomb de son enfance revivent au travers de cette série sur le thème du vélo, elle peut nous laisser penser que ce sont de vrais cyclistes qui participent à la grande boucle, d'où son titre : "On dirait le Tour"

.Son appareil photo est un SX70 reflex muni d'une lentille close-up. Chaque Polaroid est scanné, agrandi puis imprimé soit directement sur PVC soit sur papier fine art et encadré. Tirage à 20 exemplaires.


Vincent BECHET

 

Vincent Béchet alias Pulco Mayo est un illustrateur indépendant et graphiste de Clermont-ferrand.

Commençant sa carrière en 2001, il a construit un monde plein de personnages atypiques et drôles à travers différents projets, avec une variété de matériaux et sur toutes sortes de support.

 

Plusieurs linogravures et peintures sont à découvrir à la galerie.


KEYMI

 

Né à Paris en 1973. Vit et travaille à Clermont-Ferrand.

Keymi (Mickey en verlan) commence à peindre en 1990. Il grandit avec la vague hip hop et réalise ses premières fresques et graffs à la bombe dès 1992. Après des études en histoire de l’art à Clermont Ferrand, il se consacre de plus en plus à la peinture et expérimente d’autres techniques de travail entre 1995 et 1998 : aérograff, aquarelle et acrylique. Ces nouveaux procédés lui permettent d’apporter une certaine richesse à ses créations, une prise de direction iconographique accompagnée d’une technique plus singulière, différente des autres graffs.

Il trouve ainsi son style et puise son inspiration après d’illustrateurs célèbres tels que Giger, le créateur d’Alien, Franck Frazetta, Boris Valejo, Brom, Gil Elvgren, Alberto Vargas, Sorayama Luis Royo, et de calligraphes : Claude Médiavilla, Hassan Massoudi, Fabienne Verdier. Il s’intéresse également à l’univers de la bande dessinée et du manga tout en restant sensible à l’esthétisme des peintures classiques de paysages, des fresques baroques et rococos des églises, de la peinture du 20ème siècle et de l’iconographie du monde du custom et du tatouage.

Ses graffs regroupent deux catégories : les personnages et les lettrages. Depuis quelques années, il recouvre les murs gris de Clermont Ferrand. Réalisés d’abord sans autorisation, ses graffs se sont acquis la bienveillance des administrations, les services municipaux ayant pour consigne de ne pas les effacer. Keymi a par ailleurs reçu plusieurs commandes des organismes officiels. Inlassablement en quête d’un endroit ayant du vécu, une atmosphère, il peint sur des édifices qui demeurent selon lui les seules preuves de notre passage sur terre, comme s’il voulait lutter contre le temps et rendre intemporel ce qu’il peint. Dernièrement, il a créé une série intitulée les Pin-Up puzzles en polystyrène résiné, exposée à la galerie Artima, un hommage appuyé à ces femmes américaines des années 50, popularisées par Alberto Vargas et Gil Elvgren.


MOTTE

 

Né en 1980, à Decize (Nièvre), Motte grandit en Rhône-Alpes à la campagne. A partir des études supérieures, c’est une vie plus citadine qui s’ouvre à lui : Lyon, Roanne puis Clermont-Ferrand.

Après une première année aux Beaux Arts de Lyon, Motte se dirige vers un cursus d’études professionnalisant. Il décroche un diplôme en Arts Appliqués, spécialisation graphisme/édition et publicité puis une licence en stylisme.

Il débute en stylisme textile, puis direction artistique en agence de communication, et en direction marketing dans l’automobile. Mais la créativité s’estompe au fil des années professionnelles au profit des chiffres et des dossiers. La peinture et le dessin sur temps libre ne suffisent plus. Eté 2016, sa participation à la fresque anniversaire du tramway (campus des Cézeaux), le pousse à créer son activité de peinture murale. Il réalise depuis des fresques sur commande pour les particuliers, les entreprises, les acteurs publics, ou encore des ateliers pédagogiques, ….

Ces inspirations sont nombreuses : voyages, bande dessinée et comics, mouvements punk et hip-hop, contre-culture et sous cultures populaires, contes pour enfant classiques et contemporains, cinéma populaire américain, pulp culture, …

Motte dessine depuis tout petit, dessin, gouache et aquarelles, reproduction d’oeuvres classiques ou bandes dessinée. A l’adolescence, il découvre les contre-culture et cultures alternatives, le graffiti vandale lui offre ces premiers pas en peinture murale. Durant les études artistiques, la production d’oeuvres collectives, le graffiti en groupe le mènent vers des réalisations à la fois illustrative et narrative.

Aujourd’hui, son temps est rythmé entre le travail en atelier pour une production d’oeuvres pour galerie ou exposition, dans une ambiance colorée et pop, mêlant illustration/typographie/humour, illustrations aquarellées naïves ou encrées réalistes,… et le travail en « extérieur » de fresques murales.


Marjorie Herrero

 

Marjorie Herrero est une plasticienne devenue clermontoise. Ses playmobil pixelisés, ses portraits de poupées Barbie, ses origamis sont devenus familiers dans le paysage.

 

Site internet : Herrero & Co

 

Plusieurs de mes créations sont à découvrir à la galerie.


Joël LAURENT

 

Artiste plasticien de Clermont-ferrand, assemble différents matériaux comme le bois ou le fer et offre aux visiteurs la découverte d’un univers on ne peut plus coloré.

 

«Je ne récupère pas pour récupérer. Si je tombe sur quelque chose, je ramasse et j'utilise tout ça pour faire mes créations » explique Joël Laurent. L'art d'assembler les matières

 

 

Depuis 2000, il est animé par cette douce folie des statues et des totems muraux. Joël se sert de matériaux qu'il trouve au hasard, sur son chemin. « Des fois, on me donne des chutes de bois. Après, j'assemble comme ça vient, sourit l'artiste. Souvent, je me surprends même de la tête que ça donne à la fin ! ». En effet, les grands, tout comme les petits, peuvent imaginer tout ce qu'ils veulent face à ces créations. « Je laisse les visiteurs voir ce qu'ils veulent voir ». Voilà ce que permettent ses oeuvres : amener à voyager dans son propre monde imaginaire. L'assemblage qu'il réalise est ensuite peint selon son humeur, mais toujours avec des couleurs bariolées et contrastées. Et rares sont ses oeuvres à être ornées de noir ou de couleurs froides !